Les multiples formes de déni climatique

octobre 13, 2011

Les individus peuvent être très créatifs quand il s’agit de défendre leurs propres intérêts. C’est ce que montre la liste des arguments déployés par les climato-sceptiques, publiée et commentée par le magazine Grist.

Grist est un magazine américain d’informations environnementales dont le credo est « morosité et catastrophisme, avec une pointe d’humour » (gloom and doom with a sense of humor).

Depuis plusieurs années, leur journaliste et blogueur Copy Beck note soigneusement les arguments des climato-sceptiques et y répond dans sa chronique « Comment parler avec un sceptique ? ». Il met ainsi en évidence que le déni climatique peut prendre de multiples formes.

Il ne se passe rien

Des preuves insuffisantes

  • Il n’y a aucune preuve.
  • Une année record ne signifie pas qu’il y a un réchauffement global.
  • Les données de température ne sont tout simplement pas fiables.
  • Un siècle n’est pas assez.
  • Les glaciers ont toujours crû et régressé.
  • Le réchauffement est provoqué par l’effet d’îlot urbain de chaleur.
  • Mauna Loa est un volcan [[Le plus ancien observatoire du climat est basé sur cet île à Hawaï.]].
  • Les scientifiques eux-mêmes n’en sont pas sûrs.

Des preuves contraires

  • Il fait froid aujourd’hui à Wagga Wagga.
  • La glace Antarctique augmente.
  • Les satellites montrent un refroidissement.
  • Qu’en est-il du refroidissement du milieu du siècle ?
  • Le réchauffement global s’est arrêté en 1998.
  • Mais les glaciers ne fondent pas !
  • La glace de mer en Antarctique est en augmentation.
  • Les observations montrent que la sensibilité du climat n’est pas très élevée.
  • Le niveau des océans en Arctique est en baisse.
  • À certains endroits, cela se refroidit.

Pas de consensus

  • Le réchauffement global est un canular.
  • Il n’y a pas de consensus.
  • Les multiples rapports occultent le débat.
  • Le consensus est de connivence.
  • Peiser a réfuté les travaux d’Oreskes [[Naomi Oreskes a publié dans Science une enquête qui recense 928 articles scientifiques sur le changement climatique publiés entre 1993 et 2003 et qui montre que le consensus scientifique sur l’existence du réchauffement est total. Benny Peiser a refait une étude similaire qui semble prouver le contraire mais elle n’a pas été acceptée par la prestigieuse revue, en particulier parce qu’elle a inclus dans son corpus des textes (des éditoriaux ou des lettres) qui n’étaient pas des publications validées par les pairs.]].
Nous ne savons pas pourquoi ce réchauffement se produit

Les modèles ne marchent pas

  • Nous ne pouvons pas faire confiance à de supposés modèles numériques.
  • Les modèles ne prennent pas en compte les nuages.
  • Si les aérosols bloquent les rayons du soleil, le Sud devrait se réchauffer plus vite.
  • Les observations montrent que la sensibilité du climat n’est pas très élevée.

Il est impossible de prédire

  • On ne peut même pas prédire le temps qu’il fera la semaine prochaine.
  • Les systèmes chaotiques sont imprévisibles.

On ne peut pas en être sûr

  • Hansen s’est trompé dans ses prévisions en 1988 [[Il s’agit de James Hansen, le chef scientifique de la NASA qui a fait une déclaration devant le Congrès américain sur les dangers associés au réchauffement anthropique global.]].
  • Si on ne peut pas comprendre le passé, comment pourrait-on comprendre le présent ?
  • Les scientifiques n’en sont même pas sûrs.
  • Ils avaient prédit un refroidissement global dans les années 1970.
Le changement climatique est naturel

C’est déjà arrivé avant

  • Il faisait plus chaud pendant l’optimun climatique Holocène.
  • Il faisait aussi chaud lors de l’optimum climatique médiéval qu’aujourd’hui.
  • Le Groenland était vert.
  • Le réchauffement climatique n’est pas une nouveauté.
  • La crosse de hockey est cassée [[Référence à la courbe de températures de Michael Mann qui montre que les dernières années sont les plus chaudes depuis 1000 ans.]].
  • Vineland était couverte de vignes.

Cela s’intègre dans un changement naturel

  • Le réchauffement actuel s’inscrit dans un cycle naturel.
  • Mars et Pluton se réchauffent aussi.
  • Le CO2 atmosphérique provient majoritairement des volcans.
  • L’hypothèse nulle dit que le réchauffement climatique est naturel.
  • Le climat change tout le temps.
  • Par rapport aux émissions naturelles, les émissions humaines sont ridicules.
  • L’augmentation de CO2 est naturelle.
  • Nous sortons tout juste du petit âge glaciaire.

Il n’est pas provoqué par le CO2

  • Les climatologues ne prennent pas en compte la vapeur d’eau.
  • La vapeur d’eau est à l’origine de la quasi-totalité du réchauffement.
  • Il n’y a pas de preuve que le CO2 provoque le réchauffement.
  • Mars et Pluton se réchauffent aussi.
  • L’augmentation du taux de CO2 est une conséquence du réchauffement, il n’en est pas la cause.
  • Qu’en est-il du refroidissement du milieu du siècle ?
  • L’histoire géologique ne conforte pas l’importance du CO2.
  • Historiquement, le CO2 n’a jamais provoqué de changement de température.
  • C’est le soleil, bande d’idiots !
Le changement climatique n’est pas une mauvaise chose

Les effets sont positifs

  • Il fera plus chaud, quel est donc le problème ?
Le changement climatique ne peut pas être stoppé

Il est trop tard

  • Le protocole de Kyoto représente un effort important pour des effets négligeables.

Ce n’est pas mon problème

  • Pourquoi les USA devraient-ils ratifier Kyoto alors que la Chine et l’Inde ne le font pas ?
  • Les USA sont un puits de carbone.

C’est économiquement irréalisable

  • L’atténuation des changements climatiques conduirait au désastre économique.

Source de l’image : Joe Mohr’s Environmental cartoons
Source de l’article : Changeology. Les Robinson’s blog about enabling change

Mathieu Jahnich.

Consultant-chercheur

J’aide les entreprises à relever les défis de la transition écologique grâce à une communication plus responsable.

EN SAVOIR PLUS SUR MOI

Inscription newsletter.

Vous recevrez régulièrement (pas plus d’une fois par mois) mes dernières actualités et publications.

INSCRIPTION NEWSLETTER

Formez-vous.

Master Class Communication responsable 

Formations à la communication responsable conçues et animées avec Thierry Libaert. Des séances courtes, 100% à distance, qui donnent l’envie et les moyens d’agir. Satisfaction globale des participant·es : 8,3/10.

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME

Greenwashing  

Une formation exclusive en vidéo à la demande sur la plateforme Uplawder pour approfondir le sujet, améliorer vos pratiques de communication et réduire les risques d’accusation de greenwashing.

DÉCOUVREZ L’OFFRE COMPLETE

Marketing et communication plus responsables

3 jours de formation en présentiel à Sciences Po, pour mieux comprendre le rôle du marketing et de la communication en faveur de la transition écologique et actionner des leviers d’amélioration pertinents.

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME

Communication RSE, com responsable et réputation

Cette formation de 2 jours en visioconférence vous permettra de comprendre les enjeux et objectifs de la RSE et d’acquérir une méthodologie pour mettre en place une communication RSE responsable et la valoriser.

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME

Communication responsable

Une formation de 14 heures organisée par La Fabrique des possibles et financée par l’AFDAS, en visioconférence, pour comprendre les enjeux, se positionner dans le panorama des acteurs engagés, identifier et mettre en œuvre les leviers d’action.

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME

Communiquer sur sa démarche RSE/RSO de façon efficace et responsable

Une formation d’un jour et demi (10 h) pour identifier les leviers d’actions vers une communication plus responsable et maîtriser les différentes facettes de communication des engagements RSE d’une organisation, en interne et en externe.

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME

Les derniers articles